Histoire d'os : Il était une fois une très belle histoire de chien. Racontez des histoires drôles ou moins mais concernant les chiens.

Il était une fois... 

A vous la suite, cette espace vous est réservé pour raconter à tous les meilleurs amis des chiens vos plus belles, vos plus drôles, vos plus incroyables histoires, de, avec ou pour votre chien.

Raconter une histoire

L'histoire de buddy,
Buddy est né le 30 octobre 2012. Il est né chez un éleveur dans les laurentides. Une famille dont le père battait le chien et le chien n'était pas très bien nourri. Quand il était arriver chez nous sont pellage était tout bougriffi et tout maigrichon. Maitenant ce chien à un an et il a grossi un peu et est très mignon.

Quelle preuve d’intelligence et quelle mère magnifique !
Lors d'une réponse à un appel tôt le matin pour un incendie de maison, les pompiers ont été surpris ... Une chienne qui a risqué sa vie pour sauver ses chiots de la maison en feu... la chienne a fait des aller-retour dans la maison, en mettant ses chiots âgés de 10 jours dans l'endroit le plus sûr qu'elle a pu trouver - un camion de pompiers!... Quelqu'un l'a photographiée avec son téléphone portable. Elle n'a pas arrêté de faire la course de retour dans la fumée et le feu jusqu' à ce que tous ses chiots soient en sécurité. Les pompiers présents sur les lieux ne pouvaient pas en croire leurs yeux. La plupart des gens n'ont jamais vu une chienne aussi intelligente. Ramener tous ses chiots, faire six voyages dans le feu et personne ne pouvait l'arrêter ! Ce que les pompiers pouvaient faire étaient d'essayer de garder un jet d'eau sur elle pour l'empêcher de se faire brûler. Vous pouvez voir une partie des poils roussis sur son extrémité arrière, le front et le bas des pattes. Après avoir sauvé tous ses chiots du brasier, elle se coucha à côté d'eux en les protégeant avec son corps. La personne qui a pris ces photos a appelé le service d'urgence vétérinaire, et la chienne et ses chiots ont été transportés à l'hôpital. Mis à part un chiot traité pour des brûlures graves, l'ensemble de la famille est bel et bien vivant!
Quelle chienne héroïque! chienne-heroique.jpg chienne-camion-pompier.jpg

Voila l’histoire de KARA.
L’année passée, je voyais souvent un berger malinois se balader dehors, bien sûr, rien de très inquiétant vu que j’habite dans la campagne et que beaucoup de chiens sont en liberté pour se dégourdir les jambes. Mais un soir, elle était dehors couchée contre la façade d’une maison. J’étais tellement triste pour elle que j’en ai parlé à ma maman. Elle est allée la voir et est rentrée à la maison avec. Après avoir fait les présentations avec mon beagle et mon chat, elle est restée toute la soirée dans le salon près de nous. Le lendemain, je l’ai lavée (elle était noire de poussières). Avant de se dire qu’on allait la garder, nous avons été voir les voisins, le chien n’appartenait à personne et d’ailleurs les voisins avaient déjà essayé de l’attraper mais elle ne se laissait pas prendre. Nous sommes donc aller dans le refuge proche de chez nous. Elle avait une puce, la femme qui s’occupait du refuge a téléphoné au propriétaire, sa réponse fut : elle est partie depuis 2 mois, ce chien n’écoute pas ! Je ne la veux plus. Nous avons aussi appris que son 1er propriétaire l’avait enfermée dans une cave et battue. Nous avons donc décidé de la garder avec nous, en effet pour nous c’était un signe qu’elle se soit approchée de ma maman et d’aucune autre personne. Depuis KARA vit avec nous, elle a beaucoup d’amis et je n’ai jamais vu un chien qui écoutait aussi bien. Elle commence tout doucement à ne plus avoir peur des hommes et on ne voit plus ses côtes !!!!
Avant de vouloir un animal de compagnie, réfléchissez à ce que vous allez en faire.... Ça vous plairait qu’on vous jette dehors ? Qu’on vous enferme dans une cave ou qu’on vous batte ??? Un chien est comme un être humain sauf qu’il a une qualité en plus : il est dévoué pour nous jusqu’à sa mort et jamais il n’abandonne sa famille !!! Essayez de faire la même chose.

Pour raconter l’histoire de Mambo il est difficile de rester polis, face à tant de cruauté :
C’était dans la nuit du 10 au 11 Août 2009, un soir de désoeuvrement comme un autre sur la place du village d’Espira-de-l’Agly près de Perpignant (Pyrénées-Orientales). Un petit chien perdu, sans doute abandonné, cherche de la compagnie. Il est minuit passé lorsque l’animal s’approche d’un groupe de jeunes. L’un d’entre eux, âgé de 17 ans et connu pour de menus larcins, décide d’asperger d’essence le chien. Et tandis qu’une jeune fille de 22 ans le maintient, l’adolescent met le feu à l’animal… C’est ainsi que les enquêteurs de la brigade de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) ont reconstitué ce que Gérard Bile, le maire de la commune qui a déposé plainte, qualifie « d’acte monstrueux »... Depuis, une réelle mobilisation s’est faite autour de l’animal qui a été baptisé Mambo. Le maire, qui a avancé les frais médicaux, va présenter la facture à la famille... "Ce sont des esprits criminels qui ont fait ça"...
En savoir plus sur son histoire www.30millionsdamis.fr
Des nouvelles de Mambo :http://www.30millionsdamis.fr/acces-special/actualites/detail/article/1152-mambo-va-sen-sortir/retour-actus/1467.html

Le journal d’un chien
Semaine 1:

Ca fait aujourd’hui une semaine que je suis né. Quel bonheur d’être arrivé dans ce monde!

Mois 01:

Ma maman s’occupe très bien de moi. C’est une maman exemplaire.

Mois 02:

Aujourd’hui j’ai été séparé de maman. Elle était très inquiète et m’a dit adieu du regard. En espérant que ma nouvelle "famille humaine" s’occupera aussi bien de moi qu’elle l’a fait.

Mois 04:

J’ai grandi vite, tout m’attire et m’intéresse. Il y a plusieurs enfants à la maison, ils sont pour moi comme des "petits frères". Nous sommes très polissons, ils me tirent la queue, et je les mords pour jouer.

Mois 05:

Aujourd’hui, ils m’ont disputé. Ma maîtresse m’a grondé parce que j’ai fait "pipi" à l’intérieur de la maison, mais ils ne m’ont jamais dit où je devais le faire. En plus je dors dans la réserve... et je ne me plaignais pas!

Mois 12:

Aujourd’hui j’ai eu un an. Je suis un chien adulte. Mes maîtres disent que j’ai grandi plus qu’ils ne le pensaient. Qu’est-ce qu’ils doivent être fiers de moi !

Mois 13:

Aujourd’hui, je me suis senti très mal. Mon "petit frère" m’a pris ma balle. Moi je ne lui prends jamais ses jouets. Alors je lui ai reprise. Mais mes machoires sont devenues fortes et je l’ai blessé sans le vouloir. Après la peur, ils m’ont enchaîné, je ne peux presque plus voir le soleil. Ils disent qu’ils vont me surveiller, que je suis un ingrat. Je ne comprends rien à ce qui se passe.

Mois 15:

Plus rien n’est pareil... je vis sur le balcon. Je me sens très seul, ma famille ne m’aime plus. Ils oublient parfois que j’ai faim et soif. Quand il pleut, je n’ai pas de toit pour m’abriter.

Mois 16:

Aujourd’hui, ils m’ont fait descendre du balcon. J’étais sûr que ma famille m’avait pardonné et j’étais si content que je sautais de joie. Ma queue bougeait dans tous les sens. En plus, ils m’emmènent avec eux pour une promenade. Nous avons pris la direction de la route et d’un coup, ils se sont arrêtés. Ils ont ouvert la porte et je suis descendu tout content, croyant que nous allions passer la journée à la campagne. Je ne comprends pas pourquoi ils ont fermé la porte et sont partis. "Ecoutez, attendez !" Vous... vous m’oubliez. J’ai couru derrière la voiture de toutes mes forces. Mon angoisse grandissait quand je me rendais compte que j’allais m’évanouir et qu’ils ne s’arrêtaient pas : ils m’avaient oublié.

Mois 17:

J’ai essayé en vain de retrouver le chemin pour rentrer à la maison. Je me sens et je suis perdu. Sur mon chemin, il y a des gens de coeur qui me regardent avec tristesse et me donnent un peu à manger. Je les remercie du regard et du fond du coeur. J’aimerais qu’ils m’adoptent et je leur serais loyal comme personne. Mais ils disent juste "pauvre petit chien", il a dû se perdre.

Mois 18:

L’autre jour, je suis passé devant une école et j’ai vu plein d’enfants et de jeunes comme mes "petits frères". Je me suis approché et un groupe, en riant, m’a lancé une pluie de pierres pour "voir qui visait le mieux". Une des pierres m’a abîmé l’oeil et depuis je ne vois plus de celui-ci.

Mois 19:

Vous ne le croirez pas, mais les gens avaient plus pitié de moi quand j’étais plus joli. Maintenant je suis très maigre, mon aspect à changé. J’ai perdu mon oeil et les gens me font partir à coup de balais quand j’essaie de me coucher dans un petit coin d’ombre.

Mois 20:

Je ne peux presque pas bouger. Aujourd’hui, en essayant de traverser la rue où circulent les voitures, je me suis fait renverser. Je pensais être dans un endroit sûr appelé fossé, mais je n’oublierai jamais le regard de satisfaction du conducteur qui a même fait un écart pour essayer de m’écraser. Si au moins il m’avait tué ! Mais il m’a éclaté la hanche. La douleur est terrible, mes pattes arrières ne réagissent plus et je me suis difficilement irai vers un peu d’herbe au bord de la route.

Mois 21:

Cela fait 10 jours que je passe sous le soleil, la pluie, sans manger. Je ne peux pas bouger. La douleur est insupportable. Je me sens très mal, je suis dans un lieu humide et on dirait même que mon poil tombe. Des gens passent, ils ne me voient même pas, d’autres disent "ne t’approche pas". Je suis presque inconscient, mais une force étrange m’a fait ouvrir les yeux... la douceur de sa voix m’a fait réagir. Elle disait "Pauvre petit chien, dans quel état ils t’ont laissé"... avec elle il y avait un monsieur en blouse blanche, il m’a touché et a dit "je regrette madame, mais ce chien ne peut plus être soigné, il vaut mieux arrêter ses souffrances". La gentille dame s’est mise à pleurer et a approuvé.
Comme je le pouvais, j’ai bougé la queue et je l’ai regardé, la remerciant de m’aider à trouver enfin le repos. Je n’ai senti que la piqûre de la seringue et je me suis endormi pour toujours en me demandant pourquoi j’étais né si personne ne me voulait.

La solution n’est pas de jeter un chien à la rue, mais de l’éduquer. Ne transforme pas en problème une compagnie fidèle. Aide à faire prendre conscience et à mettre fin au problème des chiens abandonnés.

Il y a plus d’un an et demi, je vous ai parlé de Sam et aujourd’hui, je voudrais vous parler de moi.
Pourquoi vous parler de moi ? A cause de la dernière phrase de mon premier récit. Je vous disais alors que j’ignorais si j’arriverais un jour à me remettre de la mort de Sam, mon meilleur ami. Un an et huit mois se sont écoulés depuis qu’il est parti et la réponse est non, définitivement non, je ne m’en remettrai jamais ; j’avoue sans honte qu’il m’est impossible d’évoquer son souvenir sans que ma gorge se serre. Et pourtant, à 55 ans, Dieu sait que j’en ai perdus des êtres chers, mes parents, ma soeur, sans parler de tous ces chats que j’ai adorés et qui m’ont eux aussi quittée mais jamais un décès n’a eu sur moi un effet d’une telle violence et qui ne s’estompe pas avec le temps - je ne peux dire cela qu’à des gens qui adorent les chiens, les autres ne comprendraient pas.
Moi-même je cherche à comprendre et je crois avoir peut-être une explication. J’ai toujours cru que mes chats sont mes bébés et je croyais que Sam était mon ami. Et en fait non, il n’était pas mon ami mais plutôt une partie de moi, comme j’étais une partie de lui ; il était si proche de moi qu’il avait réussi à ce que nous ne soyions qu’une seule personne et à sa mort, je me suis trouvée privée d’un morceau de corps si pas vital, du moins essentiel ... à moins que ce ne soit un morceau d’âme.
Mireille - la maman de Sam -

L’ histoire de Faro m’a donné envie de raconter notre histoire à nous.
Un soir de pluie.
Du bruit. Un chien dans le jardin.
"Rentre chez toi le chien !"
Des heures + tard, il pleut encore et ce chien est toujours là, couché, trempé, épuisé " Bon rentre et demain à la première heure tu t’ en vas !"
Le matin , j’ouvre la porte et il part.....10 minutes.
Il aboit..puis commence à pleurer.
J’ ai bien dû lui ouvrir, il est donc rerentré.
J’ ai mis beaucoup d’ énergie à rechercher son maître. En vain. J’ étais enceinte jusqu’ aux yeux et aucune envie d’ un chien.
Les jours, les semaines, les mois...16 années ont passé !
La porte est restée ouverte, le jardin n’ a jamais été cloturé et Fif n’est jamais partie. L’ unique fois où elle m’ a quittée, c’était pour le paradis des vieux chiens. J’étais effondrée !
J’ ai peu d’indices sur ses + ou - 2 premières années de vie.
Elle venait de très loin, les coussinets de ses pattes étaient blessés, elle était bien éduquée et elle a traîné toute sa vie une phobie des autos. Ma seule certitude, c’ est qu’ un soir de pluie elle a décidé que son errance s’ arrêterait chez moi.
Merci Fif !
Je ne t’ai pas choisie mais qu’ est-ce que je t’ ai aimée !

Je vais vous raconter mon histoire.
Histoire bien triste que j’ai sur le coeur .
J’ai reçu il y a 5 ans , pour ma noël, un golden retriever.
J’ai toujours rêvé , depuis tout petit, d’avoir un chien, d’avoir un golden retriever .
Mes parents n’en voulaient pas , alors j’a attendu patiemment le jour où je pourrais décider seul, le jour où j’aurais mon chez moi.
Ma compagne savait que je rêvais d’un chien, et qui plus est, d’un golden retriever.
J’adore ces chiens, peut-être parcequ’ils me resemblent un peu.
Alors, un jour nous sommes allé le chercher, mon chien , mon Faro.
Cette petite boule de poil a bien vite pris une place énorme dans notre vie et dans notre coeur.
On a fait les 400 coups ensemble.
Un jour, en revenant en voiture de chez un ami, j’ai eu un accident de voiture.
Faro était dans le coffre. J’ai fait trois tonneaux.
Quand la voiture s’est arrètée, j’étais sur le toit.
Ma seule pensée a été pour mon chien. Je suis sorti de la voiture, le hayon du coffre avait été arraché, ..., et plus de Faro.
J’ai cherché partout, il avait disparu.
Alors j’ai quitté les lieux de l’accident (alors que les ambulances arrivaient) et suis parti , à pied, à sa recherche.
J’ai eu une chance énorme , car j’ai fini par le retrouver, à 1 km de là. Terrorisé, il avait trouvé refuge dans un café sous une table.
Ne pensant qu’à lui, je suis allé directement chez le vétérinaire plutôt qu’à l’hopital.
Heureusement, ni lui, ni moi n’avions rien.
Cet évènement n’a fait que renforcer les liens qui nous unissent.
Malheureusement, la chance ne nous a pas sourie une seconde fois.
Lors du réveillon 2007-20008, Faro, qui a une peur bleu des feus d’artifices s’est enfui. Il a forçé la porte de son abri et a sauté par dessus la clôture . Nous n’étions pas là.
Nous l’avons cherché des jours et des jours, placardant des affiches, utilisant tous les moyens de communications possibles, en vain.
Nous l’avons perdu.
Je ne peux imaginer qu’il est mort. J’espère seulement que celui qui l’a recueilli s’en occupe bien. Mais tout discrètement , dans un coin de mon petit coeur, j’espère encore. J’espère toujours.

Toutes les belles histoires commencent par « il était une fois », c’est pourquoi celle que je vais vous raconter débute par autre chose.  C’est une histoire banale et comme toute histoire, elle se répète inlassablement. C’est bien souvent par ignorance…  ou par négligence…  ou simplement par bêtise, parfois par nécessité, qu’un animal de compagnie est abandonné au refuge.  Ce que les « ex » propriétaires ignorent c’est ce qui arrive parfois à leur ancien compagnon.  En effet, l’histoire de Zouk est fréquente et a été constatée à de nombreuses reprises.
Par un beau matin, Zouk, un sympathique Matin de Naples débarque au refuge de Gentinnes. C’était un beau, fort et grand gaillard. Je dis « c’était », vous allez très vite comprendre pourquoi. Notre ami a commencé par avoir une diarrhée persistante qui, malgré tous les traitements possibles et imaginables, a continué.  Petit à petit, de jour en jour, ce costaud cabot à perdu quelques kilos. Entamant ainsi sa dégringolade infernale, il perdu 5, puis 10, puis 15Kg…  De nombreux examens complémentaires ont été réalisés et bien peu de choses pouvaient expliquer cette chute de kilos. Les bénévoles et les vétos ont déployés force et courage pour venir en aide à ce gentil toutou. Rien n’y changea, la chute infernale continua encore et encore. Pire, notre ami commença à fuguer : comportement significatif pour son état. Le verdict était tombé, comme une évidence Zouk ne se plaisait pas au refuge. Il ne pouvait pas supporter son abandon et ne trouvait pas sa place parmi la meute. Il n’avait qu’un maître et celui-ci lui a fait faux bon.
La dégringolade continua jour après jour, de petites plaies s’infectèrent car l’immunité de Zouk était très affaiblie. Il fut amené à la consultation et là, le choc…  Il n’y a même plus de mot assez fort…  Il ne reste rien de ce beau et sympathique Matin de Naples. Personne ne peut plus rien pour lui et il faut s’y résoudre : nous nous devons de l’accompagner dans la dignité vers des chemins plus paisibles. Il a donné ses derniers souffles dans la douceur, sans souffrance et entouré de gens qui l’aimaient bien. Ciao l’ami, reposes en paix.
Le stress, le changement brutal d’environnement, la perte de ses petites habitudes peuvent modifier le comportement de votre fidèle ami. Il peut ne pas supporter cet abandon. La décharge naturelle de cortisol suite au stress peut faire de graves et irréversibles dégâts dans son organisme. C’est pourquoi, avant d’adopter un ami à poils, demandez-vous si vous serez apte à l’accompagner jusqu’au bout du long chemin qu’est la vie.  Merci.
Une Doc bien triste.

Un homme et son chien marchent le long d’une route. L’homme admire le  paysage quand tout d’un coup il réalise qu’il est mort. Il réalise aussi  que son chien est mort depuis des années. Il se demande où le chemin les  conduit.
Ils approchent d’une grosse roche blanche qui ressemble à une bille. Ils  avancent encore.
Elle est fendue et une lumière éblouissante en jaillit. Puis, ils voient une route en or pur et une porte grandiose. A l’entrée, un homme est assis à une table. Le voyageur lui demande :
- Où sommes-nous?
- Au Paradis
- Wow! Avez-vous de l’eau?
- Bien sûr! Entrez!
- Est-ce que mon chien peut entrer?
- Désolé, nous n’acceptons pas les animaux.
L’homme réfléchit et reprend le chemin. Après une longue marche, il croise une route de terre qui conduit à une porte de grange qui donne l’impression de n’avoir jamais été fermée. Il n’y a pas de clôture. Accoté sur un arbre un homme lit un livre.
- Excusez-moi monsieur, est-ce que vous avez de l’eau?
- Bien sûr, il y a une pompe à l’intérieur.
- Est-ce que mon ami peut venir?
- Bien sûr, il y a un bol près de la pompe.
Ils franchissent la porte et voient une vieille pompe avec un bol par terre. L’homme remplit le bol, prend une gorgée et donne le reste au chien. Quand ils eurent fini de boire, il se retourne...
- Comment appelez-vous cet endroit?
- Le paradis.
- L’homme que nous avons rencontré un peu plus tôt dit la même chose.
- Ah vous parlez du chemin en or et de la porte en perle? Non, c’est l’enfer.
- Ça ne vous fâche pas qu’ils utilisent votre nom?
- Non, comme ça, ils éliminent les gens qui abandonnent leurs amis.
Belle histoire envoyé par Odette!!! Qui après une chaîne nous est parvenue.

Mon histoire, c’est une histoire de famille... et de famille de chiens.
Le 01 décembre 1996, Poupette la chienne de ma maman a mis au monde 11 petis chiots, tous en très bonne santé. De ces chiots sont restés dans la famille, Rex, Prince, Cajoline et Praline.
Moi j’ai gardé Praline, du haut de mes 16 ans.
Nous n’avons plus eu de nouvelles des 7 autres mais nous supposons qu’ils vont bien.
De nos quatre toutoux de famille, Rex va bien, Cajoline aussi, Praline quant a elle a été operée d’une metrite en juin 2007 et a quelques problemes épathiques, mais à part ça elle pete la forme, Prince, lui nous a quitté au mois d’avril, il a attrapé la Leptospirose dans le jardin de maman, il est aujourd’hui au paradis des nonos.
Mais ce n’est pas tout, Cajoline a eu un chiot, appelé Bethoveen, ce qui fait que maintenant, ma maman a la grand mère, le fils et le neveu.
Quant à moi, j’ai trouvé un formidable compagnon à ma praline le 15 janvier 2004, un adorable dalmatien appelé Pongo, il a été abandonné par ses anciens maitres, nous l’avons récuperé dans un état lamentable, mais aujourd’hui il a très bien récuperé.
Dans ma vie, il y a ma famille et ma famille animaux.

J’ai envie de vous parler de Sam, qui fut lâchement abandonné au bord d’une route nationale. C’est là que je l’ai vu pour la première fois, le 4 juillet 1999, c’est là aussi que je l’ai nourri durant quatre longs mois, car il était impossible d’approcher ce chien traumatisé, trahi par son maître. Et c’est là qu’il fut enfin capturé par un riverain qui m’appela pour que j’aille le récupérer. Au départ, mon intention était de le confier à la SPA mais après quatre mois de "chasse au chien fantôme", il n’était évidemment plus question de cela et je ramenai à la maison celui que j’avais décidé d’appeler Sam et le présentai à mes chats. Je ne fus pas longue à me rendre compte que Sam était une crème de chien, aimant tout le monde, humains et animaux de toutes espèces, même les hérissons du jardin. Nous avons connu sept ans d’un bonheur total. Et puis, un jour de novembre dernier, Sam a fait un malaise et le terrible verdict est tombé : son coeur était très malade et il n’en avait plus que pour quelques mois, un an tout au plus. Pourtant au début, j’ai espéré. Oui, avec tous ses médicaments, il allait très bien mais début janvier, son état a commencé à se dégrader, il a fallu augmenter les doses, les malaises ont repris, de plus en plus souvent. Et le 5 février à 6 heures du matin, après une nuit très agitée, ses hurlements me réveillent, il est en pleine crise. A son angine de poitrine s’est ajoutée de l’urémie, il souffre et il faut malheureusement prendre une décision qui m’arrache le coeur. J’ai perdu mon meilleur ami et j’ignore si j’arriverai un jour à m’en remettre.

Bonjour tout le monde, je vais vous raconter ma soirée du 30 septembre 2006. Nous étions invité au mariage d’un couple d’amis. La soirée débute vers 21h00, tout ce passe pour le mieux, 300 invités, une ambiance surchauffée et deviné ce qui ce passe : l’entrée d’une petite femelle terrier terrorisée, je la prend dans mes bras et comme le lieu est un petit village ou j’ai vécu 15 ans, je me mets en quête de retrouver son maître, le hic c’est qu’il est 02h00 du mat. Qu’est-ce j’ai fais ? Et bien j’ai quitté le mariage et je suis rentrée chez moi avec la petite. Le lendemain je fais le tour du village pour retrouver ses maîtres. Le jeune homme qui est venu chercher Bes (c’est le nom du chien) était bien son maître, JAMAIS je ne l’aurais laissée partir. En fait lorsqu’il m’a téléphoné, je lui ai demandé de décrire la chienne et de me dire son nom, ensuite je suis allée dans le jardin et j’ai appelé la chienne et elle venue directement. Lorsque le jeune homme est venu je n’avais plus aucun doute, elle lui a sauté dans les bras et donné des bisous, dès lors j’! étais sûr que je pouvais la laisser partir et enfin si je n’avais pas trouvé son maître, je l’aurais gardée. Tout est bien qui fini bien. Françoise.

Cette histoire est véridique, je le jure!
Maman trouve un chien sans collier et blessé. Il faut l’ enmener chez le vétérinaire. N’ ayant pas de voiture, elle tel à la police. Deux policiers en uniforme arrivent.
"Madame, pourriez- vous nous accompagner, nous ne sommes pas rassurés?"
Le regard de maman va des policiers au chien... du chien aux policiers...
Les policiers ont l’ air vrai et le chien est bien : petit et n’ a rien d’ agressif... Bon, il est parfois préfèrable de garder ses réflexions pour soi... Et voila ma mère dans le combi. Deux fois elle a traversé le village...et son entrée chez le vété fut remarquée... Il faut savoir que maman est de nature très discrète et de sa vie n’ a jamais fait un pas de travers. Alors l’ imaginer seule, derrière dans un combi dépasse mon imagination.
Heureusement que je ne les ai pas croisés...

Pour la plupart des missions policières, je n’aurais pas le cran! Mais cette mission-là : oui
Non, je ne vous dirai pas le nom du village! Joelle.

Date de dernière mise à jour : 03/11/2014